Coup <3

Quand le jour devient nuit…

De plus en plus, la mort vient frapper aux portes de bon nombre de foyer pour emporter avec elle des êtres autour desquels notre monde gravitait. Pour certains, leur heure était arrivée ; Leur feuille dans l’arbre de la vie s’est desséchée et il était temps pour elle de tomber pendant que d’autre se sont retrouvés fauchés alors qu’ils n’étaient pas prêts, alors qu’ils n’étaient qu’à la fleur de l’âge.

Suite à leurs départs, des larmes et des cris de douleurs déchirent le silence. Pendant que nos morts verront la lumière au bout du tunnel obscure, leurs proches verront leurs jours devenir nuits. Cette nouvelle absence fera tellement de bruit dans le cœur de leur entourage, qu’une fois la nuit tombée, le sommeil de leurs yeux s’envolera. Bon nombre tourneront leurs dos à demain et vivront dans le passé pour ne jamais avoir à quitter ceux qui ont dû partir plus tôt alors que ces derniers, nous voir sourire et aller de l’avant ont été surement leurs dernières volontés.

Sachez que certes, nous ne pourrons plus voir l’image de leurs enveloppes charnelles mais cela ne nous empêchera pas de contempler la douceur de leurs sourires une fois nous fermerons les yeux.

Nous ne pourrons plus les toucher mais la chaleur de leurs souvenirs réchauffera à jamais nos cœurs : Le souvenir d’un sourire alors que notre monde n’était qu’obscurité… le souvenir d’une main tendue au moment où notre monde nous tournait le dos… le souvenir d’une belle parole alors que notre monde devenait de plus en plus dur avec nous…le souvenir d’un calin qui redonnait tout son sens à notre monde…

Ce n’est point un adieu mais seulement un au revoir. Veillant sur nous, ils ne nous oublient pas, je sais qu’ils nous attendent : le fils attend sa mère, la mère attend ses enfants, l’ami attend l’ami et l’amante son amant.

Un jour, ça sera à notre tour de partir. Un jour, à cause de nous, le chagrin se fera maître des lieux dans le cœur de ceux pour qui nous comptions. Mais ce jour-là nous leur dirons :

Aujourd’hui, mon heure est arrivée, lâchez-moi !
Ne me retenez pas, ne pleurez pas en pensant à moi !

Laissez le souvenir de mon amour apaiser votre douleur !

Je ne suis pas loin, sentez-vous encore ma chaleur ?

Je serai dans le souffle du vent dans vos cheveux

Dans le rire des enfants bienheureux

Dans la lumière à l’horizon au coucher du soleil

Dans vos songes quand vous aurez sommeil

Dans le chant des oiseaux au petit matin,

Dans les effluves iodés de l’air marin

 

Mais rappelez-vous une chose : quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous, les bras ouverts, pour vous accueillir.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply